Échangez votre ibuprofène contre du CBD.

Les douleurs inflammatoires vont probablement toucher tous les adultes à un moment donné de leur vie et, pour certains, devenir une maladie chronique qui interfère avec une qualité de vie normale.

Les médicaments anti-inflammatoires en vente libre et en vente sous prescription médicale sont facilement disponibles, facilement prescrits et très couramment utilisés. Les médicaments anti-inflammatoires les plus courants sont appelés AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens). Sur la base d'une enquête auprès des consommateurs, plus de 17 millions d'Américains ont déclaré consommer quotidiennement des AINS, avec plus de 70 millions d'ordonnances délivrées et plus de 30 milliards de comprimés d'AINS ainsi écoulés en vente libre aux États-Unis.

Les AINS sans ordonnance comprennent l'aspirine, l'ibuprofène, le naproxène et les AINS sur ordonnance, notamment le célécoxib, le diclofénac, l'étodolac et le kétoprofène. Les AINS agissent en bloquant les enzymes appelées COX-1 et COX 2. Ces enzymes produisent un groupe de composés que nos cellules fabriquent, appelées prostaglandines. Les prostaglandines produites par les enzymes COX-1 activent vos plaquettes (pour la coagulation du sang) et protègent la muqueuse de votre estomac et de vos intestins. Les prostaglandines fabriquées par les enzymes COX-2 sont fabriquées en réponse à une blessure ou à une infection, en régulant l'inflammation. La plupart des AINS agissent de manière non sélective sur les deux enzymes (à l'exception du célécoxib, qui est un inhibiteur de la COX-2). Ce manque de sélectivité devient un problème parce que le soulagement de la douleur et de l'inflammation par les AINS provient du blocage de la COX-2, mais malheureusement la COX-1 est également bloquée, provoquant des effets secondaires indésirables.



Les effets secondaires et les complications des AINS sont fréquents et graves. Dans une étude, le risque de réactions indésirables aux AINS était de 26% (Gor 2011). Les complications comprennent des saignements gastro-intestinaux et des ulcères, des brûlures d'estomac, des maux de tête, des étourdissements, des problèmes hépatiques ou rénaux, un gonflement des jambes, une hypertension, une crise cardiaque, une insuffisance cardiaque, un accident vasculaire cérébral et la mort. En juin 1999, le New England Journal of Medicine estimait que 16 500 décès liés aux AINS se produisaient chaque année chez les Américains atteints de polyarthrite rhumatoïde et d’arthrose (Wolfe 1999). Plus de 100 000 utilisateurs d'AINS sont hospitalisés chaque année pour des complications gastro-intestinales. Un examen de 17 études a révélé que 11% des hospitalisations évitables liées à la drogue pouvaient être attribuées aux AINS (Howard 2007).

En 2005, la Food and Drug Administration des États-Unis a publié un avis de santé publique pour sensibiliser les gens aux risques cardiovasculaires accrus avec l'utilisation des AINS. En 2007, ils ont publié un guide des AINS recommandant la dose la plus faible possible pour ces patients. En janvier 2016, la FDA a renforcé l'étiquette existante sur tous les AINS afin de prévenir les risques de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral. Certains AINS, tels que le rofécoxib (nom de marque Vioxx) et le valdécoxib (nom de marque Bextra), ont été retirés du marché en raison de leurs risques nettement supérieurs à leurs avantages et à la «représentation erronée» des sociétés pharmaceutiques. Ces statistiques et les avertissements multiples de la FDA sont consternants. Il est incompréhensible de continuer à utiliser des drogues dangereuses à la place d'une plante non toxique.



Au cours des deux dernières décennies, de nombreuses études ont démontré les avantages anti-inflammatoires des phytocannabinoïdes et des terpénoïdes, des composés abondants dans la plante de chanvre (Pertwee, 1999, Klein 2005, Nagarkatti 2009, Booz, 2011, Xiong 2012, Mecha 2013 et plus ). Les cannabinoïdes des plantes ont différents mécanismes d'action dans leurs propriétés anti-inflammatoires, y compris le blocage des composés pro-inflammatoires produits dans le corps à la suite d'une blessure ou d'une maladie. CBDA, l'acide cannabidiolique, le cannabinoïde précurseur brut non psychoactif du CBD, a montré un blocage enzymatique significatif de la COX-2 par rapport au placebo, à deux AINS et à d'autres cannabinoïdes (Takeda 2008). Dans leur
excellente étude de 2005, les docteurs Ethan Russo et Geoffrey Guy rapportent que les phytocannabinoïdes agissent en synergie («l'effet d'entourage») pour fournir des effets médicinaux équilibrés et non toxiques par rapport aux anti-inflammatoires à une seule molécule (Russo et Guy, 2005).

Aux Etats-Unis, les patients souffrant d'inflammation ont beaucoup de choix en ce qui concerne la cannabis thérapeutique. En plus de la possibilité de choisir des méthodes d'administration «non-fumables», telles que les huiles, les teintures, les baumes topiques, les vaporisateurs ou encore les produits comestibles, les patients peuvent désormais choisir parmi une combinaison de cannabinoïdes. Par exemple, on peut prendre des médicaments à base de cannabis qui sont riches en THC, riches en CBD, en combinaisons CBD + THC, THCA, CBDA et / ou CBG. Certains fournisseurs de médicaments à base de cannabis combinent des cannabinoïdes bruts et chauffés dans des teintures pour augmenter les effets anti-inflammatoires. De nombreux patients bénéficient de la consommation du jus de plantes de cannabis crues. Dans sa carrière médicale, le Dr. Bonni Goldstein a vu des milliers de patients éliminer ou réduire la nécessité des AINS en utilisant des cannabinoïdes, réduisant ainsi les risques d'effets secondaires, voire la mort, liés à l'utilisation de médicaments.

Source